Abricot : greffe de fin d'hiver

Classé dans : Non classé | 2

Cette année, j’ai décidé d’oublier les pommes pour un temps, et de greffer quelques variétés de poires et d’abricots. C’est l’occasion d’aller chercher des porte-greffes de prunier dans la propriété de Michel et de demander à Laurent quelques greffons de sa collection d’abricots.

Laurent me propose comme variétés : Polonais, Julin, Gros Rouge et Luizet.

Parfait ! Allons-y.

Les rejets de prunier sont issus de racines traçantes. Sur les conseils de Michel, je garde la majorité de la racine. J’habille l’extrémité au sécateur plutôt en oblique que verticalement pour tenter d’améliorer la multiplication des racines (l’horizontal n’est pas possible dans ce cas)… à voir le résultat à la replantation dans 1 ou 2 ans, si la greffe reprend.

André m’avait conseillé de réaliser les greffes hautes pour l’abricot, mais dans ce cas, avec peu de radicelles, j’ai préféré la réaliser à 40 cm du sol, pour ne pas avoir à alimenter une trop haute structure. D’autres sujets mieux garnis en racines, seront greffés plus haut (1m).

Les diamètres ne sont pas identiques et la sève n’est pas encore montée, j’opte donc pour une greffe à l’anglaise qui du coup devient trrrrès « compliquée » puisqu’en plus de la fente, elle nécessite un décalage pour faire coïncider les cambiums. L’anglaise est souvent celle qui réussit le mieux, mettons donc le plus de chances de notre côté ! Passons à la ligature : serrée et dans le sens qui pousse le greffon plus petit que le porte-greffe, vers l’extérieur. Un enrobage à la cire pour maintenir l’humidité du greffon et c’est terminé.

Il ne reste plus qu’à praliner le tout avec un mélange de terre argileuse et de bouse de vache (de la Montbéliarde, s’il vous plait !) …. et à trouver un endroit où planter tout cela, … ce qui sera finalement le plus difficile.

Rendez-vous dans quelques semaines si l’ensemble porte-greffe et greffe reprend et dans quelques années pour la récolte.

 

2 Responses

  1. Jacques Carré

    Bonjour, document à sauvegarder. Je vais éssayer ce type de greffe sur un cerisier
    issu d’un noyau, j’ai les greffons mais je pense faire l’opération dans quelqes jours…Questions d’un ignorant:
    -où et comment puis-je conserver mesgreffons?
    – des coups de gels sont envisageables, Y a t il des précautions particulières à prendre?
    – mon porte greffe et mes greffons n’ont pas les mêmes diamètres je pense que le maximum des deux cambium doit être en contact…? quitte à ne pas avoir une greffe parfaite esthétiquement. (pour moi seul le résultat es important)
    – faut il absolument mettre de la cire et non un mastic moderne « auto soudant » qui a l’avantage de s’étirer dans le temps demandé pour que les végétaux soient soudés entre eux. Ou vaut il mieux faire une bonne vieille ligature avecdu raphia et de l’incontournable mastic Pelton?
    -Enfin pourqoi le pralinage? j’imagine que votre porte greffe est déterré ou dans un pot et qu’une fois la greffe réalisée vous replantez zn pleine terre.
    Merci de me répondre et je vous autorise de mettre mon commentaire sur votre site.
    Je suis un modeste jardinier, respectueux de la nature sans être un taliban du bio, je fais mes plants de tomates à partir de vieilles variétés américaines qui ont le mérite d’avoir des saveurs d’autrefois. Ah, les tomates de mon grand père où sont les graines…dans une décharge probablement.
    SVP n’en parlez pas à Monsanto car c’est illégal même à Bruxelles.
    Cordialement.
    Jacques Carré

  2. Christophe SERWINSKI

    Bonjour Monsieur Carré,
    Quelques réponses à vos questions :
    – greffons : vous pouvez trouver une très grande variété de greffons lors des bourses aux greffons organisées chaque année en fin d’hiver par les associations locales. Notre association locale de Franche Comté Nord, organise 2 bourses en 2015 : le 1/03 à Ecurcey et le 15/03 à Belfort au siège de notre association (voir Activités pour les détails). Nous serons à cette occasion, ravis d’échanger de visu avec vous.
    Pour conserver les greffons : enterrés à 20cm dans une zone à l’ombre, bien à plat dans un linge ou du papier journal humide. Ne pas hésiter à arroser si le temps passe au sec pendant longtemps.
    – gel : nous ne prenons pas de précautions particulière.
    – contact des cambiums : exactement =>il faut maximiser le contact, d’où la greffe anglaise compliquée, qui multiplie les surfaces en contact. Le défaut disparait très vite avec la croissance de l’arbre.
    – cire ou mastic : c’est comme vous voulez, mais de toute façon il faut obligatoirement ligaturer pour forcer le contact avant mastic ou cire qui n’ont comme intérêt que de protéger la greffe des intempéries et dans le cas de la cire, utilisée sur le greffon entier, d’éviter le désèchement du greffon. Ne pas recouvrir le greffon de mastic, juste la zone ligaturée pour « boucher les trous ».
    – pralinage : j’aime bien praliner les plants pour m’assurer d’un contact optimal avec la terre, du peu de racines restantes après arrachage du plant de terre, cela facilite la reprise du plant. Dans le cas illustré, j’ai réalisé la greffe « sur table » racines nues, comme nous le ferons d’ailleurs lors des bourses aux greffons en démonstration.

    J’espère avoir répondu à vos interrogations.

    Cordialement